Comment faire un autofinancement ?

Dans le cadre d’un projet immobilier, le financement est une étape qui nécessite une réflexion approfondie. En matière d’investissement locatif, on parle d’autofinancement. Le financement par capitaux propres des biens locatifs est une option qui attire de nombreux investisseurs. En fait, cela permet aux propriétaires de rembourser plus facilement leurs prêts hypothécaires. Voir plus !

Autofinancement : de quoi s’agit-il exactement ?

Un bien immobilier occupé par son propriétaire est un bien qui génère un retour sur son coût. L’autofinancement est un investissement qui ne nécessite aucune épargne. En d’autres termes, les revenus locatifs perçus du propriétaire sont égaux ou supérieurs aux impôts payés par ce dernier.

Les coûts à prendre en compte sont :

– Le montant que vous versez à la banque à titre de remboursement mensuel de votre prêt hypothécaire.

– Les coûts supplémentaires tels que l’eau, la maintenance, les frais de l’association de copropriétaires,

– Les taxes foncières et tout autre frais (tel que l’impôt foncier).

Dans le cas des investissements locatifs, le loyer est le revenu de l’entreprise. À l’inverse, les coûts sont des dépenses et la première chose qui vient à l’esprit est le remboursement mensuel du prêt. Ce sont les premières et les plus importantes dépenses que vous aurez à faire. Pour en savoir plus sur l’autofinancement immobilier, cliquez ici !

Mais comment faire de l’autofinancement ?

Pour comprendre l’autofinancement, vous devez comprendre les principes fondamentaux de la location, tels que la rentabilité, les structures de financement et la fiscalité. Ce n’est pas très compliqué, mais cela peut avoir un impact important sur votre capacité à vous autofinancer. Il est important de choisir un partenaire fiable qui puisse vous conseiller. Certains n’encouragent que les investissements à haut rendement. Toutefois, il est important de se rappeler que des rendements élevés sont souvent synonymes de risques élevés et réduisent donc les chances de réussite de l’autofinancement.

Si vous voulez investir dans l’immobilier, l’autofinancement est le saint Graal de votre avenir proche et l’objectif que vous vous êtes fixé. C’est moins le cas si vous achetez un bien pour vous enrichir. Dans l’achat immobilier autofinancé, vous devez tenir compte des fluctuations du marché locatif et faire des prévisions appropriées. D’ailleurs, l’équation est simple. Vos revenus mensuels doivent dépasser vos dépenses et le loyer de votre bien. Ce résultat est appelé le flux de trésorerie, votre excédent de trésorerie. S’il est positif ou nul, votre bien s’autofinance ; s’il est négatif, vous devez payer la différence de votre poche chaque mois, c’est votre épargne.

Que choisir entre l’emprunt et l’autofinancement ?

L’autofinancement complet des investissements n’est pas le moyen le plus sûr d’assurer la pérennité des entreprises. À l’inverse, affaiblir une trésorerie saine pour éviter d’emprunter n’est pas judicieux, car cela pourrait vous priver des moyens pour surmonter des circonstances imprévues. L’emprunt peut également avoir un effet de levier sur les performances de l’entreprise, en fonction du coût de l’emprunt. Si le coût du crédit est inférieur au retour sur investissement, alors le crédit augmentera ce dernier.

Que ce soit emprunter ou autofinancer, il est généralement conseillé de financer l’entreprise avec des fonds propres à court terme et d’emprunter contre des investissements (meubles ou biens immobiliers) à long terme. L’arbitrage entre les fonds propres et les prêts doit également tenir compte de la distribution des revenus du capital, c’est-à-dire des dividendes. En outre, les investisseurs attendent un retour sur investissement, qui ne peut être garanti si les fonds propres sont trop importants. Un excès de liquidités n’est pas nécessairement un signe de solidité, mais il peut aussi indiquer un manque d’investissement ou d’innovation dans une entreprise.

En conclusion, il est préférable d’ignorer les idées préconçues sur les fonds propres. Il est donc conseillé de consulter un professionnel pour prendre la décision d’investissement la plus éclairée.